Rencontre avec Liliane, chimie analytique,
Elle semblait au début, pas vraiment sympathique,
L’équipe était petite, Jacqueline et Michel,
Michèle et Marie-Jeanne, je manquais à l’appel !

Puis rentrèrent Danièle, et le grognon Jean-Pierre,
Le chef étant parti , Jacquot reprend l’affaire,
Il nous laissa sa femme, que je terrorisais,
Pourtant dès le début, sur elle je misais !

Et Nicole arriva, Marie-Jo et son Claude,
La troupe s’étoffait, l’atmosphère bien chaude,
Nous avions des stagiaires, quelquefois un peu vides,
Qui mâchaient du chewing-gum, ou se baignaient d’acide !

Michèle avait joué, un jour à la marelle,
Liliane convoquée, ne dit pas que c’est elle,
Et dès lors elle devint, pour moi mieux qu’une amie,
Gégéne transformée, bien mieux qu’une fourmi !

Nous avons vu des feux, nous les avons éteints,
Boubou c’est le meilleur, surtout au baratin,
Puis Fafa est entrée, et l’ambiance finie,
Il me fallait trouver, la porte de sortie !

Je me suis recyclé, en informaticien,
Dans les essais clinique, en vrai statisticien,
Liliane est restée, en son analytique,
Mais le labo permet, des rencontres pratiques !

Il y eut les cours de stats, élève très brillante,
Puis un bureau prêté, dans la fièvre montante,
D’un départ sur Toulouse, qu’elle dût refuser,
Car à Castres elle voulait, jusqu’au bout y rester !

Nous nous sommes croisés, aussi à la Michonne,
Une villa de choix, pour une équipe bonne,
Nous avons rigolé, mais aussi travaillé,
Et c’est ainsi aussi, que le temps a passé !

Dernier fait du hasard, réunis aux Fontaines,
Nous avons pu nous voir, ces dernières semaines,
Et ainsi préparer, souvent en plusieurs traites,
Le départ de Liliane, pour sa belle retraite !

On croise dans la vie, quelquefois des personnes,
Qu’au début on perçoit, d’une vue pas très bonne,
J’ai apprécié Liliane, tout au long des années,
Et je ne conçois pas, d’arrêter l’amitié !

Joris – Juin 2001