La balade Croate de Mazamet Accueille
Voyage proposé par Verdié Voyages Groupes
Du 30 Mai au 6 Juin 2011
Guide : Ana
Chauffeur : Ante

Photos Christian, Christiane, Claudine, Annie, Mimi, Marie-José, Ginette, Josiane, Yvette, Michel, Marie-Christine, Josette, Joris

15_photo.jpg
Lundi 30 Mai

Vincent a concocté, un merveilleux voyage,
Il a fallu du temps, pour que chacun s’engage,
Mais Mazamet Accueille, plus de très bons amis,
Ont fait que le voyage, nous a été permis.

Certains ont pris le car, tout vert de Mazamet,
D’autres nous ont rejoints, Blagnac, Comptoir Verdié,
Salle d’embarquement, du retard nous avons,
Mais des chocolatines, et cerises mangeons.

Arrivés dans l’avion, le commandant annonce,
Qu’il nous faut avant que, vers Dubrovnik on fonce,
Chercher du kérosène, escale à Montpellier,
Car ici c’est la grève, on ne peut en trouver.

Nous soupçonnons alors, que ce brave pilote,
Sait que certains ici, ont les nerfs en pelote,
Finale du rugby, c’est sûr ils vont rater,
Alors nous a offert, Toulouse Montpellier !

La faim commence alors, à bien nous attraper,
Est-ce que c’est vraiment sûr, que nous allons manger ?
On a vu des boissons, mais y a t’il des plateaux ?
La mèche de l’hôtesse, fait qu’elle n’y voit pas trop !

Le personnel de bord, a de jolis costumes,
Et ici DSK, vivrait bien ses coutumes,
La couleur dominante, je jure que c’est vrai,
Ça ne s’invente pas, et oui, c’est le violet !

0.1_photo.jpg
0.2_photo.jpg
Jean-Marie, bien longtemps, a cherché sa valise,
La perfide Claudine, mais oui, la lui avait prise,
Ana est notre guide, elle parle bien français,
Un long temps de sa vie, Paris a habité.

1_photo.jpg
2_photo.jpg
3_photo.jpg
5_photo.jpg
6_photo.jpg
7_photo.jpg
8_photo.jpg
9_photo.jpg
10_photo.jpg
12_photo.jpg
Balade en bord de mer, de beaux bateaux on voit,
Et les discussions fusent, le groupe vit ma foi,
Des murailles ici, des traces ont gardé,
Des balles échangées, il y a quelques années.

Mardi 31 Mai

4_photo.jpg
Ce matin le réveil, est prévu téléphone,
Mais au lever du jour, c’est les cloches qui sonnent,
Nous partons visiter, la ville magnifique,
Dubrovnik, c’est connu, perle de l’Adriatique.

La légende raconte, d’Epidaure l’histoire,
Détruite par les Slaves, Croates c’est notoire,
Les habitants au Nord, vont tous se réfugier,
Et Raguse ainsi, nous dit-on fut créée.

Puis Dubrovnik ensuite, et de l’autre côté,
D’un petit bras de mer, oui qui les séparait,
Ce fossé fut comblé, les deux villes fusionnent,
Mais les noms sont restés, c’est ainsi qu’on les nomme.

On crée la République, on élit un recteur,
Pour un mois seulement, ils devaient avoir peur,
Qu’un tyran s’y installe, avaient un parlement,
Et bien sûr un sénat, pour le gouvernement.

Beaucoup d’envahisseurs, sont passés par ici,
Byzance et Rois Hongrois, puis Venise aussi,
L’Empire Ottoman, a longtemps protégé,
La ville qu’aujourd’hui, nous allons visiter.

Ici tout l’or du monde, vaut pas la liberté,
Devise de la ville, qui a toujours gardé,
L’esprit de sacrifice, beaucoup d’adaptation,
Mais a forgé l’esprit, de toute la Nation.

19_photo.jpg
18_photo.jpg
La ville devient riche, le commerce prospère,
De beaux remparts protègent, des risques de la guerre,
Vingt cinq mètres de haut, larges jusqu’à 6 mètres,
Tours carrées au départ, puis semi circulaires.

14_photo.jpg
On voit la ville en bas, du haut de la colline,
Et le blanc des remparts, et toits rouges dominent,
On voit aussi Lokrum, une île pas très loin,
On raconte l’histoire, dans un passé lointain.

Maximilien Habsbourg, y fit sa résidence,
Mais on ne peut pas dire, qu’il eut beaucoup de chance,
Mourut de mort violente, Rodolphe lui succéda,
Et il connut aussi, un douloureux trépas !

16_photo.jpg
Son nom d’île maudite, Tito découragea,
Il ne voulut jamais, y mettre un de ses pas,
Napoléon aussi, est passé par ici,
Voir bouches de Kotor, il avait grande envie.

Ne ferait que passer, mais il s’y arrêta,
Et à leur République, il a mis le holà,
Sur l’île de Lokrum, construit le fort Royal,
Car pour les constructions, il était sans égal.

La ville a connu, de douloureux moments,
Mille six cent soixante sept, la terre tremble vraiment,
Il faut tout reconstruire, et en style baroque,
Mais c’est très réussi et il n’y a rien qui choque.

Et en 91, la belle Croatie,
De la Yougoslavie, voulait bon de sortie,
Serbes et Monténégrins, vont alors l’assiéger,
Et les bombardements, l’ont hélas dévastée.

17_photo.jpg
22_photo.jpg
Près de la citadelle, le grand fort St Laurent,
Qu’on nomme Gibraltar, surveille les entrants,
St Blaise est le patron, et on le voit partout,
Dans ses bras les remparts, il est fier comme tout !

20_photo.jpg
Rentrons porte Ouest, la porte de la terre,
On dit porte Pilé, en grec, pas de mystère,
St Blaise est présent, avec 2 sœurs, un prêtre,
Symboles de réunions, par souterrain secrètes.

23_photo.jpg
24_photo.jpg
On voit une fontaine, vraiment originale,
Elle est ronde ma foi, et son eau est potable,
Car au XVème siècle, avaient l’adduction d’eau,
Et même en cas de siège, ils ne souffraient pas trop.

27_photo.jpg
28_photo.jpg
29_photo.jpg
Le couvent des Clarisses, devenu écurie,
Oui car Napoléon, jamais le Dieu ne prie,
L’église St Sauveur, sa façade est trouée,
De gros impacts de balles, la guerre a laissés.

25_photo.jpg
26_photo.jpg
31_photo.jpg
32_photo.jpg
Belle rue principale, aux constructions baroques,
Ce fut un bras de mer, mais à une autre époque,
Couvent des Franciscains, sa belle pharmacie,
Car les gens de la ville, étaient soignés aussi.

Avons vu un tableau, c’était l’Ecce Homo,
Belle tête de Christ, au détail vraiment trop,
Peinte sur une Vierge, l’artiste a laissé,
Un œil de Notre Dame, dans son fils incrusté.

30_photo.jpg
34_photo.jpg
Cloître style roman, végétaux, animaux,
Ornent les différentes, têtes de chapiteaux,
Un jardin intérieur, où agrumes poussaient,
Et bien sûr tous les moines, ici s’en nourrissaient.

Les frères Franciscains, de marron habillés,
Avaient à la ceinture, trois nœuds qui signifiaient,
Qu’ils avaient fait des vœux, chasteté, pauvreté,
Ainsi qu’obéissance, ils devaient respecter.

36_photo.jpg
37_photo.jpg
38_photo.jpg
39_photo.jpg
40_photo.jpg
41_photo.jpg
Parcourons une rue, pleine de restaurants,
Et elle en croise d’autres, qui vont en descendant,
Des marches, des gargouilles, du linge au balcon,
Et aussi, oui c’est sûr, de splendides maisons.

44_photo.jpg
Près de la porte Est, la porte de la mer,
C’est les Dominicains, qui avaient leur repère,
Ils étaient assez riches, c’était les frères blancs,
Exposition peintures, on y voit maintenant.

42_photo.jpg
43.1_photo.jpg
43_photo.jpg
Sortons sur le vieux port, et voyons des arcades,
C’est là qu’on fabriquait, il y a quelques décades,
Dans le plus grand secret, de merveilleux bateaux,
Mais en grand restaurant, sont transformées bientôt.

45_photo.jpg
46_photo.jpg
Très belle cathédrale, celle de l’Assomption,
On y voit les vestiges, de ses 3 constructions,
Byzantine, Romane, et puis enfin baroque,
Ont ajouté les charmes, de toutes ces époques.

47_photo.jpg
50_photo.jpg
51_photo.jpg
65_photo.jpg
64_photo.jpg
De beaux fonds baptismaux, en forme de calice,
Chemin de croix moderne, un trésor vrai délice,
Dehors tour de l’horloge, avec son Jaquemart,
Résista aux séismes, c’est vraiment du grand art !

53_photo.jpg
54_photo.jpg
55_photo.jpg
56_photo.jpg
57_photo.jpg
Le Palais du recteur, nous ouvre ses secrets,
Dans la cour des cachots, nous y avons trouvés,
Un très bel escalier, une rampe et des mains,
Et les appartements, nous atteignons enfin.

De belles poteries, et de très beaux tableaux,
Des meubles magnifiques, du style rococo,
Le recteur y restait, enfermé pour un mois,
Mais son épouse aussi, y séjournait parfois.

58_photo.jpg
59_photo.jpg
60.2_photo.jpg
60_photo.jpg
62_photo.jpg
63_photo.jpg
66_photo.jpg
72_photo.jpg
74_photo.jpg
75_photo.jpg
76_photo.jpg
77_photo.jpg
78.1_photo.jpg
78_photo.jpg
79.1_photo.jpg
79.2_photo.jpg
79.3_photo.jpg
79_photo.jpg
Bien d’autres découvertes, tout seuls nous avons faites,
Un marché coloré, des églises parfaites,
Magasins pour touristes, et timbres achetés,
Mais à la poste ici, faut pas être pressé !

80_photo.jpg
81_photo.jpg
82_photo.jpg
83_photo.jpg
84_photo.jpg
Après un bon repas, nous prenons le bateau,
Les îles Elaphites, nous les verrons bientôt,
Allons longer la côte, on nous offre aussitôt,
Eau de vie et porto, c’est peut-être un peu trop !

87_photo.jpg
Douze îles principales, et trois sont habitées,
Sur Sipan (Chipan) aujourd’hui, nous avons mis les pieds,
A St Georges on nous a, permis de visiter,
Une villa de nobles, d’un certain intérêt.

89_photo.jpg
94_photo.jpg
Entourée de murailles, de tours et de remparts,
Protégée des pirates, venus de nulle part,
Ils avaient des canons, avec de gros boulets,
Qui pouvaient, on le pense, même bateaux couler !

91_photo.jpg
92_photo.jpg
96_photo.jpg
97_photo.jpg
100_photo.jpg
93_photo.jpg
103_photo.jpg
Il y a une chapelle, salle de réunions,
Où de bons musiciens, jouaient près du plafond,
Belle salle à manger, avec chêne maison,
Et un très beau jardin, et des fleurs à foison.

104_photo.jpg
105_photo.jpg
106_photo.jpg
107_photo.jpg
Retour calme en bateau, mais la belle surprise,
On nous y a servi, des sardines exquises,
Du vin rouge et du blanc, pour bien les déguster,
Vraiment en Croatie, on sait bien nous traiter !

108_photo.jpg
109_photo.jpg
111_photo.jpg
113_photo.jpg
Certains partirent en car, le soir après dîner,
Pour visiter la ville, très bien illuminée,
Jean-Marie eut des mots, avec notre chauffeur,
Qui voulait tout jeter, aigri par sa fureur !

Au retour dans le car, c’est le même chauffeur,
Jean-Marie prie Josiane, d’être son acheteur,
Nous nous sommes assis, sur places réservées,
Mais Claudine enceinte, très vite s’est trouvée !

Mercredi 1er Juin

Prenons la Magistrale, vers le Monténégro,
De l’ex Yougoslavie, république tantôt,
Depuis 2006, acquit l’indépendance,
Séparé de Serbie, il a saisi sa chance.

C’est un petit pays, 600.000 habitants,
La monnaie de l’Europe, mais ne sont pas dedans,
C’est la Montagne Noire, on y sera chez nous,
On quitte Mazamet, et on retrouve tout !

Dans région traversée, du tourisme ils vivent,
Avant c’était la pêche, mais il y a eu la crise,
Voyons l’aéroport, où avons atterri,
Perché sur un plateau, vous l’aurez bien compris.

Il y a beaucoup de vent, le Bura (boura) vent d’enfer,
Il est vraiment violent, cloue les avions à terre,
Yugo (yougo) humide et chaud, de la mer il nous vient,
De nombreux maux de tête, ici il entretient.

114_photo.jpg
Beaucoup de beaux cyprès, car ici on devait,
Tout au long de sa vie, au moins 100 en planter,
Leur bois sert à construire, ici de beaux bateaux,
Et beaucoup des toitures, que l’on a vues tantôt.

On parle de cravate, que portaient mercenaires,
Temps de Louis XIV, offertes par leurs très chères,
En fait c’est des foulards, portés autour du cou,
Leur nom donné ici, fit Croate, c’est fou !

Les Serbes, les Croates et les Monténégrins,
Oui, même les Bosniaques, ne parlent pas latin,
C’est le Serbo-Croate, avec quelques accents,
Mais c’est la même langue, ici que l’on comprend.

115_photo.jpg
116_photo.jpg
Nous passons la frontière, et sans difficultés,
Ana de sa personne, elle a beaucoup donné,
Spomenka, notre guide, pour le Monténégro,
Est montée dans le car, et commence aussitôt.

Nous voici à la porte, du golfe de Kotor,
Contrôle du trafic, ils devaient faire alors,
Thalassothérapie, boue et algues marines,
Pour système nerveux, rhumatismes on devine.

117_photo.jpg
147_photo.jpg
C’est plutôt un grand lac, mais avec l’eau salée,
Détroit de 300 mètres, ici on peut trouver,
Cent kilomètres carrés, et pas de pollution,
On y élève des moules, et aussi des poissons.

Des plantes exotiques, ici on peut trouver,
Des poivriers, des palmiers, aussi des bananiers,
Et à Herzénovi, il y a du mimosa,
Et tout devient gratuit, oui lorsqu’ils fêtent ça.

Des tunnels apparaissent, tout au long de la côte,
Les bateaux on cachait, quand il y avait la flotte,
Marine militaire, temps de Yougoslavie,
Il n’y a plus de marins, et c’est mieux aujourd’hui.

Et en 79, un tremblement de terre,
A bien détruit ici, les constructions altières,
On a tout reconstruit, lieu de villégiature,
Pour étrangers friqués, aux très belles voitures.

118_photo.jpg
119_photo.jpg
120_photo.jpg
Les montagnes sont près, ici on peut changer,
Vraiment de paysage, et sans beaucoup bouger,
Nous allons naviguer, Notre Dame du Rocher,
Car elle est sur une île, dont on va nous parler.

121_photo.jpg
122_photo.jpg
En fait c’est 2 îlots, qui sont devant nos yeux,
Premier îlot St Georges, naturel, donc plus vieux,
Ne se visite pas, sauf pour des séminaires,
Seulement religieux, sans eau et sans lumière.

130_photo.jpg
Deuxième Notre Dame, car on y a trouvé,
Icône de la vierge, collée sur un rocher,
Elle tient un enfant, est très bien conservée,
C’est un signe de Dieu, il faut donc la garder.

Menée sur continent, un miracle elle fait,
Lui faut un sanctuaire, oui mais près du rocher,
Il va falloir construire, d’abord un bel îlot,
Il leur faudra 2 siècles, mais il sera très beau !

123_photo.jpg
124_photo.jpg
Trois mille mètres carrés, neuf fois plus au dessous,
Pour faire ce travail, il fallait être fou,
On renforce toujours, ici les fondations,
Tous les mois de juillet, lors d’une procession.

Par une grande corde, les barques sont liées,
De fleurs sont décorées, les pierres sont jetées,
Un voilier passe là, sa sirène actionne,
Les cloches du sanctuaire, en écho lui répondent.

125_photo.jpg
127_photo.jpg
131_photo.jpg
134_photo.jpg
De nombreux ex-votos, figurent dans l’église,
Sculptés sur de l’argent, pour nous une surprise,
Bateaux ou corps humains, y sont représentés,
Peintures désormais, sont venues remplacer.

126_photo.jpg
128_photo.jpg
Un retable offert, pour d’un fils guérison,
Des peintures sur toile, il y a à foison,
A la vie de la Vierge, elles sont toutes liées,
On voit la Dormition et l’Assomption c’est vrai.

129_photo.jpg
L’autel fut fait à Gênes, 4 marbres il y a,
C’est le blanc de Carrare, vert de Grèce ma foi,
Du rouge de l’Egypte, et du jaune de Sienne,
L’ensemble fait vraiment, impression souveraine.

Une plaque en argent, pour remercier aussi,
Que les Turcs n’aient jamais, oui pu rester ici,
Des bouquets de mariées, puis des anciens portraits,
Et la prospérité, du bon temps des voiliers.

135_photo.jpg
Splendide broderie, qui prit 25 années,
Sept espèces de fils, y furent utilisées,
Soie, or, argent, cheveux, foncés ou argentés,
Et le mari hélas, qui n’est jamais rentré !

137_photo.jpg
138_photo.jpg
139_photo.jpg
140_photo.jpg
A côté c’est Perast, ville aux volets fermés,
Il y a quelques temps, ainsi on l’appelait,
Désormais on restaure, ici, les beaux palais,
Que des riches bien sûr, décident d’acheter.

145_photo.jpg
146_photo.jpg
Eglise catholique, ici aussi on voit,
Crucifix abîmé, par deux balles ma foi,
La troisième explosa, du turc le beau fusil,
Avec Dieu faut toujours, bien sûr être gentil !

Catholiques, orthodoxes, comment les distinguer ?
Moins de pouvoirs du fils, chez seconds que premiers,
Orthodoxes utilisent calendrier julien,
Communion et baptême, dès que un an survient.

Dedans un tabernacle, ne gardent pas l’hostie,
Faut autorisation, pour qu’on se remarie,
N’ont pas de confession, car c’est Dieu qui pardonne,
Et pas de sainteté à la vierge ils donnent.

Dans églises il n’y a, pas de bancs pour s’asseoir,
Derrière iconostase, autel on ne peut voir,
Aussi les pieds du Christ, sont percés de 2 clous,
Il n’y a pas de pape, des prêtres et puis c’est tout !

148_photo.jpg
150_photo.jpg
Après un bon repas, nous allons visiter,
La ville de Kotor, de remparts entourée,
Mille cinq cent cinquante cinq, construction de la porte,
Fut faite par Venise, du temps où était forte.

151_photo.jpg
Place d’armes, palais, gouverneur vénitien,
Plus de cinquante mètres, de balcon, c’est divin,
Sans aucune colonne, ils étaient un peu fous,
Toute la pluie du ciel, soudain tombe sur nous !

On doit se réfugier, sous un très grand auvent,
Et de Napoléon, on parle maintenant,
Fit ici un théâtre, un arsenal aussi,
Banque des autrichiens, en jaune près d’ici.

152_photo.jpg
L’horloge penche ici, de 20 bons centimètres,
Au tremblement de terre, elle a du se soumettre,
Leur belle cathédrale, s’appelle St Triphon,
Et comme il pleut dehors, elle nous sert de maison.

Un jeune à l’entrée, nous laisse tous passer,
Et vu le mauvais temps, n’aurons pas à payer,
C’est au XIIème siècle, qu’elle fut ici construite,
L’intérieur est roman, dehors baroque hérite.

154_photo.jpg
156_photo.jpg
Datant IXème siècle, au centre un baldaquin,
De la première église, fait que l’on se souvient,
Relique St Triphon, fut ici amenée,
Marbre et pierre bien sûr, dé gothique ajouté.

158_photo.jpg
159_photo.jpg
Retable argent doré, il comporte 20 saints,
Et bien sûr St Triphon, au milieu il se tient,
St Roch, St Nicolas, des noms d’autels ici,
Et des fragments de fresques, il reste aujourd’hui.

Des colonnes de pierre, bien rouge de Kotor,
Pierre blanche croate, ils étaient vraiment forts,
St Triphon célébré, par 2 communautés,
Catholiques, orthodoxes, sont ici mélangés.

160_photo.jpg
161_photo.jpg
162_photo.jpg
165_photo.jpg
166_photo.jpg
168_photo.jpg
171_photo.jpg
Il pleut toujours très fort, nous allons visiter,
Eglise orthodoxe, pour bien nous imprégner,
St Trace, la plus vieille, nous a laissés entrer,
Un bel iconostase, nous y avons admiré.

163_photo.jpg
L’orage bat son plein, les rues sont inondées,
Certains s’en vont pieds nus, à la main leurs souliers,
Les auvents des terrasses, parfois vont arroser,
Les touristes qui trop près, se sont aventurés.

Nous regagnons le car, et sommes bien trempés,
On franchit un tunnel et tout s’est arrêté,
Retrouvons le soleil, mais nous pensons encore,
A ce petit séjour aux douches de Kotor.

172_photo.jpg
Allons prendre le bac, c’est un bon raccourci,
Guide Monténégrine, va nous quitter ici,
Repassons la frontière, aussi facilement,
Notre Ana elle est forte, on le pense vraiment !

Petites histoires drôles, on nous a racontées,
Sur les Monténégrins, je vais vous rapporter,
Si quelqu’un mange et boit, approche toi pour l’aider,
Si tu vois qu’il travaille, il faut pas le gêner !

173_photo.jpg
Route vers Epidaure, par les slaves détruite,
Elle s’appelle Cavtat, nous a dit notre guide,
Des rangées de maisons, l’une derrière l’autre,
Et son célèbre calme, on va le faire notre.

175_photo.jpg
176_photo.jpg
177_photo.jpg
178_photo.jpg
179_photo.jpg
Eglise St Nicolas, couvent des Franciscains,
Une belle balade, et au car on revient,
Nous rentrons à l’hôtel, et demain nous partons,
Au revoir Dubrovnik, à une autre occasion !

Jeudi 2 Juin

180_photo.jpg
182_photo.jpg
184_photo.jpg
Faisons route vers Split, toujours sur Magistrale,
C’est pour bien voir la côte, la route sans égale,
On voit les Elaphites, cerf en grec c’est joli,
Pêche, tourisme, culture, c’est de ça qu’on y vit.

Quatre vingt dix pour cent, Croates catholiques,
Cinq pour cent, orthodoxes et Serbes, c’est magique,
On est en Dalmatie, à l’est des céréales,
Au centre des collines, c’est l’aspect général.

Beaucoup de sources d’eau, aussi des résurgences,
Le domaine du karst, pierre poreuse une chance,
Le damier blanc et rouge, servait à repérer,
Croatie blanche au nord, rouge au sud vous saurez.

Au dessus du blason, avec le beau damier,
Il y a une couronne, où l’on peut retrouver,
Les 5 royaumes d’ici, qu’on va énumérer,
Pour que sur le drapeau, puissiez les retrouver.

Pour Istrie une chèvre, Zagreb étoile et lune,
Dubrovnik bleu et rouge, en bandes une à une,
Trois têtes de lion, oui pour la Dalmatie,
Pour Slavonie la martre, kuna (kouna) on dit ici.

Le reste du drapeau, a les mêmes couleurs,
Que celui de la France, mais bandes en largeur,
Plages galets ou sable, sont plutôt rares ici,
Sur les îles il y en a, les gens l’ont bien compris.

185_photo.jpg
186_photo.jpg
188_photo.jpg
Des genêts, des cyprès, aussi des chênes verts,
Des pins, des grenadiers, oliviers, je m’y perds,
Des lauriers, des figuiers, bien sûr aussi des joncs,
Ces merveilleuses plantes, sur la côte ils ont.

Ici un président, qui est élu pour 5 ans,
C’est la démocratie, aussi un parlement,
Ont droit à la retraite, au bout d’un seul mandat,
C’est pas mieux que chez nous, du moins c’est ce qu’on croit !

190_photo.jpg
On voit des élevages, d’huîtres et aussi de moules,
La muraille de Ston, elle nous met les boules,
Cinq kilomètres et demi, c’est la cité de pierres,
Ont des marais salants, pour les routes on s’en sert.

Bosnie Herzégovine, nous allons y entrer,
Quelques 10 kilomètres, nous y allons rester,
N’ont pas hélas de port, eaux pas assez profondes,
Mais stations balnéaires, qui plaisent à tout le monde.

Des Croates et des Serbes, dans ce pays il y a,
Des Musulmans aussi, conversions n’est-ce pas,
Pendant 400 ans, Ottomans occupèrent,
Ils ont beaucoup souffert, ici pendant la guerre.

Ils boivent de l’alcool, mais mangent peu de porc,
Ils se radicalisent, aujourd’hui et c’est fort,
Un nettoyage ethnique, eut lieu dans le conflit,
Beaucoup de déplacés, il y a eu ici.

Retour en Croatie, ont tisane locale,
A base d’hibiscus, est vraiment sans égale,
Liqueur de mandarines, aussi du marasquin,
Ils ont même des vignes, et font du très bon vin.

194_photo.jpg
195_photo.jpg
197_photo.jpg
Vallée de Néretva, la région agricole,
C’est la Californie, tous ces canaux font drôle,
Mandarines, oranges, et aussi des citrons,
Pastèques et tomates, il y a à foison.

Petites exploitations, ont des coopératives,
Mais ne sont pas très forts, pour bâtir perspectives,
Pour trouver débouchés, pas d’imagination,
Parfois autre travail, pour compléter ils ont.

198_photo.jpg
201_photo.jpg
Ile de Korcula (Korchoula), patrie Marco Polo,
Les lacs de Bacina (Bachina), nous allons voir bientôt,
Ce sont des lacs karstiques, reliés par chenal,
Et de les voir d’en haut, ce fut un vrai régal.

202_photo.jpg
Voici la riviera, celle de Makarska,
L’eau est toujours limpide, turquoise par endroits,
Les footballeurs croates, aiment y résider,
Plages sable et galets, ont beaucoup de succès.

Les retraites ici, sont souvent bien petites,
Il y a peu de mendiants, la honte les habite,
Vingt jours congés payés, sécurité sociale,
Mutuelles privées, couverture totale.

Le chômage est couvert, 4 mois seulement,
Et on pousse les femmes, à faire des enfants,
La religion ici, a grande influence,
Pour élever enfants, c’est une grande chance.

204_photo.jpg
Voici l’île Hvar (Rvar), connue de la jet set,
Puis voilà Makarska, célèbre pour un fait,
C’est son match de football, à but caritatif,
Les gros contre les maigres, ce doit être festif !

En face île de Brac (Brach), pierre blanche étonnante,
Carrières vues de loin, elles ne sont pas récentes,
Ont fait la Maison Blanche, aussi le Sacré Cœur,
Et Palais Dioclétien, qu’on verra tout à l’heure.

205_photo.jpg
206_photo.jpg
On arrive à Omis, la ville des pirates,
Voulaient pas que Venise, sur eux mette la patte,
Festival de Klapa, on peut y écouter,
Des chants polyphoniques, qui ont bien du succès.

207_photo.jpg
208_photo.jpg
209_photo.jpg
On longe le canyon ici de Cetina (Chetina),
On va s’y arrêter, et faire un bon repas,
La peka, de la viande, et des pommes de terre,
Du poulet et du veau, on va goûter j’espère !

210_photo.jpg
On voit le cuisinier, il recouvre bientôt,
D’une cloche de fonte, et de braise aussitôt,
La viande va bien cuire, ainsi à l’étouffé,
Et nous autres touristes, allons nous régaler.

212_photo.jpg
214_photo.jpg
Avons eu aussi droit, à un apéritif,
Plantes médicinales, pour ce repas festif,
Les plats qui nous semblaient, au départ vraiment gros,
Ben on les a mangés, … c’est peut-être un peu trop !

216_photo.jpg
215_photo.jpg
Nous dirigeons vers Split, autrefois Salona,
Dioclétien fit construire, sa résidence là,
C’était un empereur, Romain, né dans le coin,
Et ce très beau palais, nous allons voir enfin.

218_photo.jpg
219_photo.jpg
220_photo.jpg
Des civilisations, bien sûr l’ont transformé,
Venise, autrichiens et aussi les français,
Mais on voit bien les murs, aussi les fondations,
Il y a 4 portes, qui mènent à sa maison.

223_photo.jpg
224_photo.jpg
Il fit son mausolée, cathédrale aujourd’hui,
Temple de Jupiter, baptistère on a dit,
Les caves du palais, soutenaient ce dernier,
Et tout au long des siècles, par ordures comblées.

230_photo.jpg
Le fils de Jupiter, Dioclétien se croyait,
Par un grand aqueduc, l’eau avait amenée,
Colonnes corinthiennes, belles frises sculptées,
Granit rose d’Egypte et sphinx en majesté.

232_photo.jpg
228_photo.jpg
229_photo.jpg
235_photo.jpg
234_photo.jpg
236_photo.jpg
Une rue très étroite, s’appelle « pousse toi de là »,
Un concert de klapa, moment de paix là-bas,
Puis à la porte d’or, avons vu la statue,
De Grégoire de Nin, par un sculpteur connu.

238_photo.jpg
239_photo.jpg
241_photo.jpg
242_photo.jpg
245_photo.jpg
La partie vénitienne, enfin avons gagnée,
La place St Laurent, tribunal transformé,
La chapelle du juge, devenu un café,
Et la place des fruits, nous avons regardée.

246_photo.jpg
247_photo.jpg
249_photo.jpg
250_photo.jpg
251_photo.jpg
252_photo.jpg
253_photo.jpg
254_photo.jpg
257_photo.jpg
Et puis sur la Riva, nous sommes promenés,
Et après des balades, tout seuls nous avons fait,
Nous avons regagné, le car près du marché,
Et direction Trogir (Troguir), alors avons roulé.

258_photo.jpg
Trogir (Troguir) est sur une île, et est un peu coincée,
Entre l’île Ciovo (Chiovo), et continent, c’est vrai,
Giovanni Orsini, nous accueille à la porte,
Entourée de remparts, c’est une ville forte.

267_photo.jpg
268_photo.jpg
269_photo.jpg
270_photo.jpg
274_photo.jpg
Nous gagnons l’agora, cathédrale St Laurent,
Elle a un beau portail, sculpté, on le pressent,
Le thème du pêché, est bien traité ici,
On part d’Adam et Eve, pour gagner Jésus Christ.

260_photo.jpg
261_photo.jpg
265_photo.jpg
266_photo.jpg
272_photo.jpg
Deux palais Cipiko (Chipiko), ont de belles façades,
Sont en style gothique, et valent la balade,
Le palais du recteur, hôtel de ville actuel,
Un escalier gothique, y monte vers le ciel.

264_photo.jpg
273_photo.jpg
275_photo.jpg
277_photo.jpg
279_photo.jpg
Grande tour de l’horloge, chapelle, pilori,
Loggia du tribunal, où il manque aujourd’hui,
Le lion de Venise, qui trônait sur un mur,
Car pour fuir l’Italie, l’ont enlevé, c’est sûr !

280_photo.jpg
281.1_photo.jpg
282_photo.jpg
Ce soir, en bord de mer, avons été logés,
Dans un complexe immense, piscine oui c’est vrai,
Golf et boites de nuit, mais n’en profiterons,
Que dans rêves bien sûr, que la nuit nous ferons.

Nous ont offert ici, apéritif local,
Avec des oreillettes et boulettes un régal,
Et pendant le dîner, avons été bercés,
Guitares et mandolines, c’était vraiment parfait !

Vendredi 3 Juin

291_photo.jpg
283_photo.jpg
Aujourd’hui Sibenik (Chibenik), nous allons visiter,
Et c’est Anabella, qui va nous y guider,
Par la mer on entrait, passage St Antoine,
Un canal bien serré, pour surveillance idoine.

286_photo.jpg
Les Slaves l’ont créée, la seule en Croatie,
En 1066, Kresimir la battit,
Comme un amphithéâtre, bien à flanc de colline,
Murailles vénitiennes, ajoutées on devine.

Des murs de protection, il reste presque rien,
Ont arrêté les turcs, toutefois c’est certain,
Forteresse St Michel, tout en haut protégeait,
St Nicolas en bas, les vénitiens craignaient.

290_photo.jpg
Nous voyons des genêts, fleurs sont aphrodisiaques,
Les femmes ont écouté, les hommes jouent les caques,
Eglise à l’extérieur, Notre Dame s’appelle,
Un morceau de remparts, pour bien qu’on se rappelle.

287_photo.jpg
On y voit St Michel, un patron de la ville,
Un bâtiment moderne, l’intègre bien tranquille,
Napoléon donna, couvent bénédictin,
Pour église orthodoxe, ici on se souvient.

Bien aimé par ici, il a plutôt bâti,
Des routes, des bâtiments, bien utiles mais oui,
Et il n’a pas non plus, imposé le français,
Mais a réunifié, par la langue parlée.

292_photo.jpg
294_photo.jpg
A l’église St Jean, nous nous sommes arrêtés,
Et de belles balustres, voyons sur le côté,
Nicolas de Florence, les a réalisées,
La fresque de St Jean, nous avons admirée.

295_photo.jpg
Il y a des anneaux, dans façade incrustés,
On y tendait des voiles, quand on venait fêter,
Aujourd’hui on y fait, des fêtes médiévales,
En costumes d’époque, et les gens se régalent.

299_photo.jpg
Voyons une maison, de la région typique,
Les boutiques en bas, c’est vraiment plus pratique,
Premier étage salon, deuxième salle à manger,
Cuisine tout en haut, il fallait y penser !

300_photo.jpg
Un bistrot attira, alors notre attention,
Certains jours on voyait, seulement les garçons,
Les filles à marier, venaient autre moment,
Et « faire son marché », on comprend à présent !

302_photo.jpg
303_photo.jpg
Ecuelle pour chiens, dans fondations on voit,
Sur façade colonnes, indiquaient autrefois,
Selon hauteur, sculptures, richesse habitants,
La façon d’indiquer, était maline avant !

306_photo.jpg
307_photo.jpg
308_photo.jpg
Cathédrale St Jacques, avons alors gagnée,
Et vers fonts baptismaux, avons vite marché,
La dentelle de pierres, les entrées du soleil,
Nous avons devant nous, monument sans pareil !

309_photo.jpg
311_photo.jpg
313_photo.jpg
Des anges et aussi Dieu, manquent Christ et St Jean,
Mais c’est le baptisé, qui est Jésus on comprend,
On reste émerveillés, par l’imagination,
C’est une œuvre humaine, divine inspiration.

314_photo.jpg
315_photo.jpg
L’intérieur de l’église, est aussi magnifique,
Encastrements de pierres, autel vraiment magique,
Notre Dame des Larmes, a sa place de choix,
On raconte l’histoire, survenue autrefois.

La peste tua ici, de nombreux habitants,
Sur les remparts la Vierge, était posée avant,
On vit qu’elle pleurait, devant la tragédie,
L’amenèrent à l’église, larmes furent finies.

318_photo.jpg
329_photo.jpg
319.1_photo.jpg
C’est Georges le Dalmate, qui fit les plans ici,
Le début des travaux, il surveilla aussi,
Nicolas de Florence, finit la construction,
Il a fait la coupole, au delà de raison.

319_photo.jpg
320_photo.jpg
321_photo.jpg
322_photo.jpg
323_photo.jpg
330_photo.jpg
326_photo.jpg
325_photo.jpg
Place de l’hôtel de ville, loggia puis tribunal,
Sur côtés de l’église, nous voyons à présent,
Soixante et onze portraits, d’habitants de la ville,
Et 3 lions cachés, qu’on a cherchés tranquilles.

331.1_photo.jpg
331_photo.jpg
332_photo.jpg
334_photo.jpg
Sommes montés alors, pour voir vue du château,
Voulions faire photos, mais le garde aussitôt,
Refuse notre entrée, je lui fais compliment,
Pour amabilité, sommes fâchés à présent !

337_photo.jpg
338_photo.jpg
La nourriture ici, ressemble au climat,
Est aussi contrastée, selon régions ma foi,
Un bouillon au début, fromage, jambon fumé,
Gnocchis servis avec, viande ou poisson grillé.

Un fruit ou rojada, la crème au caramel,
Et voilà de la côte, le menu éternel,
Feuilleté au fromage, on ajoute en entrée,
Puis de la viande en sauce, aussi de la purée.

Salades accompagnent, oui le plat principal,
Un goulasch peut aussi, y être un vrai régal,
C’est le repas du Nord, les habitants ajoutent,
Un café à la turque, et voyance sans doute !

339_photo.jpg
Nous mangeons à midi, un bon cochon de lait,
Et dès notre arrivée, nous l’avons vu griller,
On nous l’a servi chaud, eux ils le mangent froid,
Les goûts et les couleurs, on ne discute pas !

341_photo.jpg
Nous montons vers le nord, oui de la Dalmatie,
Car Zadar nous attend, tous dans l’après-midi,
C’est sur une presqu’île, que verrons vieille ville,
Fut fondée par romains, n’eut pas la vie tranquille.

Vit passer en suivant, les byzantins, les slaves,
Et puis les vénitiens, qui mirent des entraves,
Des fortifications, pour bloquer ottomans,
Hongrois puis autrichiens, et français sûrement.

On construit, reconstruit, et on se sert sur place,
Et la belle colonne, sur fondations on place,
Ville fut saccagée, croisés puis alliés,
Pilonnée par les serbes, enfin pour terminer.

343_photo.jpg
345_photo.jpg
346_photo.jpg
Des constructions récentes, voyons pour commencer,
Monument du soleil, planètes intégrées,
Puis les orgues marines, jouant sur les courants,
Font raisonner des notes, c’est vraiment surprenant !

348_photo.jpg
354_photo.jpg
Dans le forum romain, nous sommes promenés,
Les constructions anciennes, on nous a racontées,
Du beau temple romain, il reste des vestiges,
Colonnes, pilori, politiciens supplice.

350_photo.jpg
351_photo.jpg
352_photo.jpg
353_photo.jpg
L’église St Donat, nous offre sa rotonde,
Nous a montré comment, les monuments ils fondent,
Avec les pierres prises, chez les pauvres romains,
Fallait alors construire, sans chercher et c’est bien !

349_photo.jpg
Des concerts de musique, on peut y écouter,
Couvent Bénédictines, en face est élevé,
Ont caché des trésors, de pillages nombreux,
Et musée d’art sacré, ont monté, c’est heureux.

356_photo.jpg
357_photo.jpg
358_photo.jpg
359_photo.jpg
Ici la cathédrale, Anastasie s’appelle,
Tympan style gothique, et des statues très belles,
St Luc et son taureau, St Marc et son lion,
Et quatre saint patrons, qui portaient les passions.

342_photo.jpg
Suzanna nous raconte, qu’elle guide en anglais,
Et même en italien, mais que peu on lui en met,
Elle a appris français, oui auprès de son père,
Et elle peut nous guider, elle en est assez fière !

360_photo.jpg
361.1_photo.jpg
361.2_photo.jpg
Dedans on a pu voir, un très vieux baptistère,
Date IXème siècle, pour l’église une affaire,
Dehors un beau clocher, qui monte vers le ciel,
Sa succession d’étages, va droit vers l’éternel.

361_photo.jpg
362_photo.JPG
363_photo.jpg
364_photo.jpg
Sur place principale, le tribunal on voit,
Et la tour de l’horloge, hôtel de ville ma foi,
Puis aussi un café, qui contient une église,
Nous y sommes rentrés, pour avoir la surprise !

365_photo.jpg
367_photo.jpg
369_photo.jpg
Gagnons Korenica (Korenitza), au centre du pays,
Montagne Vélébit , avons longtemps suivie,
Avec un long tunnel, nous l’avons traversée,
Cinq kilomètres six cent, St Roch il est nommé.

370_photo.jpg
371_photo.jpg
372_photo.jpg
373_photo.jpg
374_photo.jpg
On passe du karst blanc, désormais au karst vert,
De la végétation, ce n’est plus le désert,
Sapins, érables, hêtres, remplacent oliviers,
Des moutons et des vaches, ici on peut trouver.

Samedi 4 Juin

375_photo.jpg
Avons passé la nuit, oui à Korenica (Korenitza),
Et c’est vers Plitvice (Plitvicé), que nous guident nos pas,
C’est un parc naturel, où coule la Matica (Matitza),
Phénomènes karstiques, a réalisés là.

Les eaux se sont gorgées, ici de bon calcaire,
Phénomène de tuf, a créé des frontières,
Il y a des cascades, et de beaux sédiments,
Les choses évoluent, ça change tout le temps.

Il y a 16 lacs, le fond de l’eau est blanc,
Elle est souvent turquoise, ce doit être dément,
Loups, renards, biches, ours bruns, pourrions y rencontrer,
Mais comme ils fuient les gens, peu probabilité.

Pendant le grand conflit, le parc avaient fermé,
Cela a été bon, surtout pour orchidées,
Le sabot de Vénus, a refleuri ici,
C’est une conséquence, qui nous a bien surpris.

La région de Lika, nous offre ses demeures,
Chalets de bois et pierre, on ressent la chaleur,
Devant, petits jardins, avec des géraniums,
Amoureux de montagne, y vivent leur passion.

377_photo.jpg
Nous allons commencer, par les lacs inférieurs,
Le temps est assez bas, pas de soleil rieur,
Nous commençons à voir, quelques très grandes chutes,
De l’eau et du calcaire, va commencer la lutte !

382_photo.jpg
La verdure autour, ajoute à la beauté,
On ne sait pas vraiment, où il faut regarder,
Ils ont fait des chemins, de traverses de bois,
Se marient à nature, très bonne idée ma foi.

384_photo.jpg
De la plus grande chute, nous avons vue d’en bas,
On ressent les embruns, et moi j’aime bien ça,
On fait une photo, devant cette merveille,
La nature est bien là, et jamais ne sommeille !

389_photo.jpg
392_photo.jpg
395_photo.jpg
396_photo.jpg
397_photo.jpg
On continue alors, la belle promenade,
Découvrons une à une, magnifiques cascades,
Il y a un marathon, nous voyons les coureurs,
Petits et grands, c’est sûr, y mettent tout leur cœur !

400_photo.jpg
399_photo.jpg
381_photo.jpg
Les chasseurs ont trouvé, un très bel escargot,
Et une libellule, dans la boite aussitôt,
Les pêcheurs auraient pu, pêcher de beaux poissons,
Qui nous suivaient partout, espérant nutrition.

406_photo.jpg
Nous traversons alors, dans un joli bateau,
Le beau lac principal, qui fut nommé tantôt,
Et oui, le lac des chèvres, c’est un drôle de nom,
Pourquoi pas, après tout, ils savent ce qu’ils font !

409_photo.jpg
411_photo.jpg
413_photo.jpg
Nous allons tous ensemble, vers les lacs supérieurs,
Des cascades partout, nous donnent du bonheur,
Le bois au fond de l’eau, recouvert de calcaire,
Et la verdure autour, ne peuvent que nous plaire.

401_photo.jpg
402_photo.jpg
403_photo.jpg
408_photo.jpg
415_photo.jpg
416_photo.jpg
Il y a sur les bords, de merveilleuses fleurs,
Michèle et Jacquot, les nomment avec bonheur,
La nature sait faire, de merveilleuses choses,
Faudrait pas la toucher, ou bien faire une pause !

417.1_photo.jpg
417_photo.jpg
Sommes sortis alors, par un grand escalier,
Et du beau marathon, avons vu l’arrivée,
Allons nous arrêter, pour prendre un bon repas,
Et comme d’habitude, nous traitent comme des rois.

Quand je sors des toilettes, la musique est un slow,
Et une cavalière, je recherche aussitôt,
Annie est consentante, et voilà, c’est parti,
Gérard devrait filmer, ce moment inédit !

On a fait des passages, pour les bêtes sauvages,
Oui car les écraser, ce serait bien dommage,
Enjambent l’autoroute, c’est la sécurité,
Les bêtes et la nature, faut toujours les aider !

419_photo.jpg
421_photo.jpg
Passons nombreux tunnels, et regagnons la côte,
Rijeka (Riéka) traversons, nous en sommes les hôtes,
Fondée par les romains, ensuite elle connut,
Les mêmes occupations, que villes déjà vues.

Ce sont les Autrichiens, qui la développèrent,
Et il y eut ici, un port des plus prospères,
La première torpille, fut essayée ici,
Et 2 chantiers navals, fabriquent des ferrys.

Théâtre construisirent, jaune est sa couleur,
Et un grand carnaval, fait des gens le bonheur,
Bijou tête de mort, au turban moreto,
Car turcs furent chassés, et partirent aussitôt.

Dans la baie Opatija (Opatia), et ses belles villas,
C’était un petit Vienne, que l’on avait fait jà,
Sissi y est passée, comme les rois, les reines,
Qui avaient de ce coin, une passion soudaine.

Il y a aussi 4 îles, dans ce décor parfait,
Cres, Mali Losinj (Malilochigne), Krk (Kurk) et Rab, c’est parfait,
Allons bientôt passer, le tunnel de Ucka (Utchka),
Près de 5000 mètres, et Istrie nous voilà !

Nous sommes donc bientôt, sur la grande presqu’île,
Istrie bleue, bord de mer, et de nombreuses villes,
Istrie rouge, la plaine, avec quelques cultures,
Istrie blanche, le karst, domaine de la nature.

422_photo.jpg
424_photo.jpg
425_photo.jpg
Des villages perchés, pour la peste autrefois,
Des vignobles ils ont, le vin est bon ma foi,
On va sur Medulin, où nous sommes logés,
Et où, près de la mer, nous pourrons promener.

Dimanche 5 Juin

426_photo.jpg
Notre guide, aujourd’hui, elle s’appelle Dana,
Nous sommes à Medulin, en Istrie, tout en bas,
Et du temps des romains, la région fut prospère,
On ressent l’énergie, positive de la terre !

Les premiers habitants, furent les dinosaures,
Au village de Bale, des traces on trouve encore,
Puis à l’âge du bronze, des tribus s’établirent,
Les grecs par oliviers, et figues la conquirent.

Les celtes sur les collines, vont alors s’installer,
Et puis les Ilériens, des pirates en fait,
Enfin les Istriens, qui ont vécu ici,
Avaient fait de Pula (Poula), capitale du pays.

Romains ont envoyé, d’abord explorateurs,
La région riche et belle, peut faire leur bonheur,
César décide alors, d’ici coloniser,
Et de nombreux vestiges, nous restent du passé.

Porec (Porech) fut la première, de période romaine,
Et Pula (Poula) peu après, devint aussi prospère,
Livournes et Istriens, ont voulu attaquer,
Plutôt que de se rendre, ils se sont suicidés.

Les gradina d’alors, deviennent des castrum,
L’économie romaine, est vite en plein boum,
La culture nouvelle, le droit, l’architecture,
Les romains apportaient, et tous ces dons leur plurent.

Les byzantins alors, bien sûr sont arrivés,
Aussi les vénitiens, cinq siècles sont restés,
Et puis les autrichiens, austro-hongrois, français,
Enfin Yougoslavie, ici a fédéré.

L’Istrie fut dévastée, souvent par maladies,
On parle des dialectes, pour certains c’est fini,
A Porec (Porech) on a vu, les chrétiens se cacher,
Poissons en mosaïque, les maisons indiquaient.

Des montagnes au Nord, frontière naturelle,
Avec la Slovénie et Rijeka (Rieka) la belle,
Mirna, aussi Rasa (Racha), sont de belles rivières,
Et le canal de Lim, contient de l’eau de mer.

Napoléon aussi, passa dans la région,
Il a laissé ici, les canalisations,
La choucroute serait, spécialité d’ici,
Peut-être en manger, nous allons aujourd’hui.

Porec (Porech) ville du vin, nous allons visiter,
Ses rues par les romains, bien sûr furent tracées,
Elles vont d’est en ouest, aussi du sud au nord,
Pour les choses carrées, ils étaient vraiment forts !

427_photo.jpg
429_photo.jpg
Ste Marie des Neiges, une église baroque,
Du XIVème siècle, c’était une autre époque,
Une des quatre tours, qui protégeaient la ville,
Elle est pentagonale, vénitiens plus tranquilles.

430_photo.jpg
431_photo.jpg
432_photo.jpg
434_photo.jpg
435_photo.jpg
437_photo.jpg
439_photo.jpg
440_photo.jpg
441_photo.jpg
442_photo.jpg
444_photo.jpg
445_photo.jpg
Puis des maisons gothiques, de Cinci (Cinchi) le palais,
Et puis de Zuccato (Zouccato), dans un style parfait,
Pas de restes des temples, de Mars et de Neptune,
Un tremblement de terre, formes il ne reste aucune.

447_photo.jpg
449_photo.jpg
451_photo.jpg
Sommes passés devant, palais Polisini,
Et voilà maintenant, le complexe Euphrasie,
On peut voir les reliques, du martyr St Mauro,
Monument désormais, classé à l’UNESCO.

453_photo.jpg
457_photo.jpg
Entrons dans basilique, des colonnes et des voûtes,
Elles sont faites en marbre, pas d’origine toutes,
Le tremblement de terre, les murs a préservés,
Et dans nef mosaïques, sont de toute beauté !

454_photo.jpg
456_photo.jpg
459_photo.jpg
460_photo.jpg
Le Christ et les apôtres, et au centre sa mère,
St Marc et Euphrasie, beaucoup d’autres on s’y perd,
Des saintes féminines, y sont représentées,
Et l’ensemble a vraiment, réelle majesté.

463_photo.jpg
464_photo.jpg
Le clocher de l’église, un des plus hauts d’Istrie,
Nous regagnons le car, la visite est finie,
Partons vers Motovun, ville entourée de bois,
Perchée sur sa colline, elle domine ma foi.

Selon une légende, la rivière Mirna,
Fut créée par géant, sa femme avait soif,
A boire il lui fallait, fit jaillir aussitôt,
Et le nom de sa mie, lui donna, c’était trop !

Les celtes et les istriens, et puis les vénitiens,
Ont habité ce lieu, qui inspire écrivains,
Un festival de films, y a lieu chaque année,
Et Dana dans le car, que pour nous, a chanté !

La ville est entourée, de très hautes murailles,
Les vénitiens toujours, faisaient du bon travail,
Pour empêcher les turcs, de rentrer en ces lieux,
Il y avait deux enceintes, car après tout c’est mieux.

465.1_photo.jpg
465_photo.jpg
466_photo.jpg
467_photo.jpg
468_photo.jpg
Nous montons dans navette, car difficile à pieds,
Elle nous laisse tous, pas très loin du sommet,
Entrons par une porte, un lion vénitien,
Surveille un très gros livre, qui attention retient.

Si le livre est ouvert, signe de liberté,
Mais quand il est fermé, c’est la guerre qu’on fait,
Emblème Polisini, et loge médiévale,
La place de l’église, voyons après portail.

473_photo.jpg
474_photo.jpg
475_photo.jpg
Belle tour de l’horloge, aussi un beau palais,
Du recteur vénitien, était propriété,
Un beau puits de Venise, la place où on danse,
Pendant le festival, ils ont bien de la chance.

484_photo.jpg
481.1_photo.jpg
477_photo.jpg
478_photo.jpg
479_photo.jpg
480_photo.jpg
483_photo.jpg
485_photo.jpg
Nous voyons en passant, des boites à musique,
Titanic, sole moi, elles sont vraiment magiques,
Et Mario Andretti, champion de formule 1,
Naquit un très beau jour, ici à Motovun.

Nous partons pour manger du côté de Pazin,
Il y a un château, qui servit dans un film,
C’est les trois mousquetaires, et Jules Verne aussi,
Par rivière souterraine, fut inspiré ici.

488_photo.jpg
489_photo.jpg
490_photo.jpg
491_photo.jpg
492_photo.jpg
Un bon apéritif, et de l’accordéon,
A la fin du repas, ensemble nous montrons,
Que les gars du Tarn Sud, savent chanter, danser,
Un Se canto d’enfer, Montagnes Pyrénées.

493_photo.jpg
Destination Rovinj (Rovign), ville la plus charmante,
Méditerranéenne, celle qui vous enchante,
Son clocher symbolise, son immense beauté,
Très caractéristique, par Euphémie coiffé.

Elle tient branche de palme, et une mitre aussi,
Et un gros gouvernail, pour guider le pays,
Une ville d’artistes, nombreuses expositions,
Produits aromatiques, il y a à foison.

Vieille ville autrefois, sur île se trouvait,
Un pont l’a reliée, tout est maintenant comblé,
Des remparts figuraient, autour de la cité,
Et il y avait sept portes, par lesquelles on entrait.

496_photo.jpg
497_photo.jpg
498_photo.jpg
499_photo.jpg
500_photo.jpg
502-photo.jpg
503_photo.jpg
504_photo.jpg
Il y a porte Balbi, et St Damien on voit,
La porte sur la rive, et puis c’est Ste Croix,
Des palais vénitiens, comme Basilisco,
La porte sous le mur, ou di Sottomuro.

Conserverie de poissons, elle s’appelle Mirna,
Maison du tribunal, musée de Batana,
Dana raconte alors, l’histoire d’Euphémie,
Une page très forte, qui touche son esprit.

512_photo.jpg
C’est une jeune femme, du temps de Dioclétien,
Elle avait un défaut, elle aimait les chrétiens,
Elle fut martyrisée, et aux lions jetée,
Ils n’en voulurent pas, autre chose faut trouver !

Voulurent la brûler, n’y arrivèrent pas,
Lui coupèrent la tête, et ce fut son trépas,
Mais son lourd sarcophage, un jour fut emporté,
Et flotta sur les eaux, autre miracle en fait.

513_photo.jpg
Depuis Constantinople, il accosta ici,
Un garçon de 12 ans, oui, tout seul, le sortit,
Puis aidé par ses vaches, le mit sur la colline,
Tout près d’une petite, église byzantine.

508_photo.jpg
509_photo.jpg
510_photo.jpg
511_photo.jpg
Le sarcophage est là, dans un coin de l’église,
Aussi deux grands tableaux, près du lieu où l’ont mise,
Racontent son histoire, Dana ressent toujours,
Des ondes positives, quand elle vient à l’entour !

506_photo.jpg
507_photo.jpg
514_photo.jpg
516_photo.jpg
517.1_photo.jpg
Le clocher de l’église, près de 68 mètres,
Salue quand nous partons, notre aimable retraite,
On prend une photo, pour Dana souvenir,
Dans 45 minutes, il nous faudra partir !

Lundi 6 Juin

Avons fait nos valises, mais allons vers Pula (Poula),
Fondée par les romains, où nous guident nos pas,
Ce sont les autrichiens, niveau économie,
Qui une base navale, oui ont fondée ici.

C’est la plus grande ville, aujourd’hui de l’Istrie,
Elle n’est pas capitale, on nous l’a déjà dit,
C’est Pazin, plus centrale, qui a été choisie,
Elle est plus accessible, pour les gens du pays.

Un château médiéval, près d’un gouffre posé,
Ou rivière qui tombe, Jules Verne a inspiré,
Car c’est dans le, voyage au centre de la terre,
Qu’il a décrit ce lieu, aviez compris j’espère.

On trouve ici des truffes, en grande quantité,
En 99, un record ils ont fait,
Car 1kg300, pour la truffe c’est bien,
C’est un événement, dont chacun se souvient.

Deuxième région riche, oui de la Croatie,
Après région Zagreb, Ana elle nous a dit,
Comme la Catalogne, aujourd’hui pour l’Espagne,
On peut parler ici, d’un pays de cocagne.

Briombra des brioches, ils fabriquent ici,
Au parc de Brionie, ben leur nom ils ont pris,
Il y a quatorze îles, et de belles maisons,
Le Maréchal Tito, y avait sa construction.

517_photo.jpg
Nous retrouvons Dana, ici près des arènes,
Elles sont colossales, reconstruites quand même,
Vingt cinq mille personnes, pouvaient s’y réunir,
Combats de gladiateur, faisaient pour leur plaisir.

Il paraît qu’un géant, le mari de Mirna,
Fit cet amphithéâtre, avec ses copains là,
Ne resta plus de pierres, ce serait la raison,
Plus petite ville du monde, est ici et c’est Hum (Ron).

On a parlé ici, aussi de Vespasien,
La belle Sedina, aimait, on se souvient,
Comme gage d’amour, dut faire ces arènes,
Ce merveilleux cadeau, a contenté sa reine.

519_photo.jpg
520_photo.jpg
521_photo.jpg
En fait c’est sur 3 siècles, que construites elles furent,
Trois cent mètres de long, 100 de large ce fut dur,
Et tout près de la mer, 125 mètres de haut,
Une voile couvrait, pluie et soleil tantôt.

Des tours vaporisaient, des huiles aromatiques,
Des loges il y avait, pour les riches pratiques,
Ecole de gladiateurs, se tenait à côté,
Animaux, combattants, dans l’arène montaient.

522_photo.jpg
523_photo.jpg
526_photo.jpg
528_photo.jpg
529_photo.jpg
Monument fut pillé, des pierres venaient chercher,
Napoléon stoppa, cette stupidité,
Passages souterrains, servent à expositions,
On y a vu des amphores, pour l’huile c’était bon.

530_photo.jpg
Sur place de la source, fontaine la plus ancienne,
On y voit la maquette, époque vénitienne,
Bâtie sur 5 collines, elle avait 12 entrées,
Des remparts en étoile, son château protégeaient.

531_photo.jpg
532_photo.jpg
Voyons de beaux palais, période austro-hongroise,
Puis c’est une nécropole, par ici que l’on croise,
De forme octogonale, on y voit un tombeau,
Et la porte jumelle, menant vers le château.

533_photo.jpg
534_photo.jpg
535_photo.jpg
536_photo.jpg
Puis la porte d’Hercule, ici la plus ancienne,
La place des jardins, où les gens se promènent,
Fondations des remparts, avons pu admirer,
Datent de 3 époques, et ils étaient bien faits.

538_photo.jpg
539_photo.jpg
540_photo.jpg
541_photo.jpg
543_photo.jpg
544_photo.jpg
Une partie récente, avec un grand marché,
Ressemble à Baltar, en moins grand c’est un fait,
Un bel arc de triomphe, par femme financé,
En souvenir d’un homme, mort pour la liberté.

545_photo.jpg
546_photo.jpg
548.1_photo.jpg
548_photo.jpg
551_photo.jpg
James Joyce l’écrivain, a habité ici,
Mais il n’aimait pas trop Pula (Poula) on nous a dit,
Puis du VIème siècle, une très vieille église,
Ce sont les orthodoxes, qui aujourd’hui l’ont prise.

552_photo.jpg
Ste Marie de Formose, ici fut bombardée,
Depuis 44, pas grand chose est resté,
Près du chantier naval, elle servait de cible,
Et plus de 300 fois, pour objectif l’ont prise !

553_photo.jpg
554_photo.jpg
555_photo.jpg
556_photo.jpg
557_photo.jpg
558_photo.jpg
559_photo.jpg
De belles mosaïques, nous voyons en passant,
Femme éprise de Zeus, et aussi 2 enfants,
Puis le forum romain, où un seul temple reste,
Consacré à Auguste, son allure est preste.

560_photo.jpg
562_photo.jpg
565_photo.jpg
Cathédrale de Pula (Poula), sur fondations romaines,
Du XVIIIème siècle, près d’elle on se promène,
Un intérieur austère, aussi un beau clocher,
Qui a une autre église, oui était rattaché.

Gagnons le restaurant, où allons déjeuner,
Notre guide Dana, ici va nous laisser,
Repas vite servi, et délicieux ma foi,
Comme dans le voyage, toutes les autres fois.

Nous disons au revoir, à Ante, à Ana,
Comptoir aéroport, nous nous rendons tout droit,
Formalités remplies, nous buvons un café,
Et dans le duty free, sommes vite entrés.

566_photo.jpg
567_photo.jpg
568_photo.jpg
L’avion a du retard, tout comme à l’aller,
Et oui à Montpellier, il a du s’arrêter,
Le commandant de bord, est venu expliquer,
Que la grève à Toulouse, il ne peut arrêter.

569_photo.jpg
Arrivés à Toulouse, une très longue attente,
Des valises qui tournent, aucune ne nous tente,
A qui sont-elles donc, où sont passées les nôtres ?
C’est elles que nous voulons, et on n’en veut pas d’autres !

Le car nous attendait, on nous l’avait pas dit,
Car avec les Castrais, nous voulaient réunir,
Nous montons dans le nôtre, et sommes stupéfaits,
Car c’est bien à Albi, qu’on veut nous amener !

Revenons en arrière, prenons la bonne route,
Direction Mazamet, cette fois sans un doute,
Nous disons au revoir, et à bientôt, c’est sûr,
Pour un autre voyage, nous sommes tous bien mûrs !

Pour faire bon voyage, faut merveilleux pays,
Et nous l’avions bien sûr, ici en Croatie,
Un groupe uni et rieur, et qui fonctionne bien,
C’est Mazamet Accueille, avec quelques copains.

Ante nous a conduits, prudemment, sûrement,
Géra situations, et intelligemment,
Il est resté discret, mais l’avons apprécié,
Et dans le car jamais, ne nous a secoués !

Ana malgré son âge, a beaucoup d’expérience,
Celle d’un vieux briscard, pour nous c’est une chance,
S’est débrouillée toujours, pour pas nous faire attendre,
Et par ses connaissances, nous a tout fait comprendre.

Elle a mené le groupe, toujours avec ardeur,
Et son merveilleux rire, restera dans nos cœurs,
Elle aime son pays, et nous l’a fait aimer,
Et tous nos souvenirs, à elle feront penser !


Bonus : Ode à Dana

Dana a martyré, notre langue française,
Récepture a donné, voulait nous mettre à l’aise,
Quand elle parle, c’est sûr, du suspense il y a,
Car on ne sait jamais, comment ça finira !

Elle invente des mots, puisés dans d’autres langues,
Quand son français vacille, c’est tout le car qui tangue,
Elle fait tout son possible, mais c’est pas en français,
Qu’elle a son avenir, nous pouvons l’assurer !